Le détournement d’actifs :
la fraude la plus répandue

Le détournement d’actifs : une fraude très répandue

Vol d’argent dans la caisse, vol dans un stock de marchandises, détournement de fonds par le comptable de l’entreprise… Toutes ces manœuvres frauduleuses commises au préjudice d’une organisation ont des conséquences majeures. D’autant que, selon une étude de PwC, le détournement d’actifs représente 61 % des cas de fraude interne recensés en France et 70 % dans le monde (1).

L’ancienne comptable de l’Opéra de Bordeaux a été condamnée en janvier 2016 à cinq ans de prison, dont trois fermes et deux avec sursis, pour le détournement de quelque 2,3 millions d'euros. Des sommes qu'avec son mari, également condamné, elle affectait à leur train de vie. Les deux époux ont été par ailleurs condamnés à verser 2,2 millions d’euros de dommages et intérêts.

Elle avait mis en place un système de détournement très simple et fonctionnel. Durant dix ans, elle a rédigé des fausses lignes de dépenses et signait sous une autre signature des chèques à destination de son mari, en se servant dans les comptes de l’Opéra.

Ce cas de détournement de fonds est une illustration des nombreuses pratiques de détournement d’actifs pratiquées dans les organisations.

Le détournement d’actifs :
quelle définition retenir ?

Le détournement d’actifs est une pratique frauduleuse consistant en un détournement de l’actif d’une société au profit d’un tiers, sans contrepartie pour l’entreprise victime du détournement. Dans la majorité des cas, cette fraude interne porte sur la trésorerie, mais elle peut aussi concerner tout autre actif de l’entreprise, tel que le stock de marchandises ou le matériel mis à disposition des collaborateurs.

Les principales manœuvres frauduleuses recensées

Les techniques de détournements dépendent de la fonction occupée par le fraudeur, de sa position hiérarchique et de l’organisation de l’entreprise. Elles peuvent prendre diverses formes, plus ou moins difficiles à détecter et à prévenir, de la dissimulation d’actifs au vol :

(suite) 1. Fraude sur encaissements

Fraude sur encaissements

La fraude sur encaissements permet au fraudeur de dérober les fruits des ventes avant l’enregistrement des opérations dans les systèmes d’information :

  • Non enregistrement d’une vente (vente et encaissement en espèces) ;
  • Détournement d’un règlement ;
  • Falsification de la facturation (sous ou sur facturation).
(suite) 2. Fraude sur décaissements

Fraude sur décaissements

La fraude sur décaissements consiste à enregistrer en comptabilité un mouvement de sortie de fonds, tout en engageant une manœuvre frauduleuse venant maquiller l’opération pour que le décaissement paraisse légitime.

  • Remboursement fictif d’un client ;
  • Enregistrement d’opérations fictives (fausses factures, notes de frais gonflées, etc.).

Vol d’actifs

Dans le cadre de détournement d’actifs par des collaborateurs d’une entreprise, les cas de vols touchent essentiellement les espèces (en cas d’accès aux caisses), l’appropriation de matériels coûteux (lorsqu’un employé quitte l’entreprise sans restituer le matériel confié), le vol dans les stocks de marchandises, le vol de fichier clients ou tout simplement de petits vols répétés de fournitures.

Détournement d'actifs en entreprise

Le processus Achats et les risques de fraude

Vous-êtes vous posé les bonnes questions ?

  1. Selon une étude de PwC de février 2014

Des cookies assurent le bon fonctionnement du site de Counter Fraud Consulting, en naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.